PROGRAMME 2020


  Vendredi 09

  18h30Nos défaites

  21h30: Les statues meurent aussi
  Cinéma documentaire : fragments d‘une histoire

  Samedi 10

  14h: Braguino

  Magume
  17hHommes de Misaine

  L‘Age d‘or

  21h30Hamada

  Dimanche 11

  14h: Vers la tendresse

  Rencontre avec le cinéma de Raymonde Carasco & Régis Hébraud

  17hManichal
  Dans le regard d’une bête
  21h30 Chavela Vargas


   GRILLE
   INFOS
   CONTACT

   archives
   2019
   2018
   2017
   2016
   2015
   2014
   2012
   2011
   2010


   avec le soutien de
  
    
    
Mark

Rencontre avec le cinéma de
RAYMONDE CARASCO & RÉGIS HÉBRAUD

DIMANCHE 11 octobre - 14h

en présence de Régis Hebraud


Filmer ce désert, 6’, 2010
Divisadero 77 ou Gradiva-Western,
36’, 2009
...

Tourné et monté en 16mm par Raymonde Carasco en 1977, retrouvé et sonorisé par Régis Hébraud, compagnon de Raymonde Carasco, en 2009, Divisadero 77 ou Gradiva-Western constitue le premier épisode, le début jusqu’alors inconnu, d’une fresque cinématographique de l’imaginaire Tarahumaras.
Le cinéma de Raymonde Carasco a somme toute peu à voir avec l’ethnologie et certainement tout à voir avec l’attachement à l’autre. Etonnant et formidable, son art de regarder et de lier ses images nous parlent tout de suite d’une alliance sensible: « jouir du privilège d’être là, accepter de ne pas tout voir, accepter de relever lentement quelques traces, de prélever quelques mouvements, quelques signes à la beauté amicale avant de prétendre à la compréhension des choses, partager non pas le secret mais le culte du secret, du mystère et de la transe. » (1)

Comme l’énonce la voix de Régis Hebraud dans le film, « c’est une recherche de l’écriture hiéroglyphe, une écriture de signes originels, lisible par tous. Atopie du cinéma comme écriture d’un monde à venir….. ».

Et avec eux deux, c’est le monde en devenir, en suspension qui vient à nous.